Stratégie d’investissement (1/3) : Les pistes à suivre

Cet article est le premier d’une série de trois, dans lesquels je souhaite exposer ma stratégie d’investissement. Je vais donc commencer par définir les valeurs qui m’intéressent et expliquer pourquoi elles présentent du potentiel à mes yeux. Je reviendrai sans doute sur ces stratégies dans d’autres articles plus détaillés, l’objectif ici est de faire une description générale de mes pistes.

1. Les valeurs décotées / oubliées

Un grand classique. Une valeur décotée est pour moi une valeur dont la valorisation ne correspond pas au profil financier de l’entreprise, ou de ses perspectives futures. Je me base principalement sur le ratio PER pour en juger.
Attention, un faible PER ne signifie pas toujours une bonne affaire. La décote peut être justifiée si le marché de l’entreprise est en déclin, ou si le bilan est entaché d’une forte dette. Il faut donc toujours chercher en premier lieu à identifier les causes de cette décote.
J’investis dans la valeur si cette décote me parait injustifiée et cela arrive de plusieurs manières. Par exemple :

  • La société est avare en communication, et les investisseurs lassés finissent par vendre sans que de nouveaux acheteurs interviennent.
  • Un gros actionnaire liquide ses positions, et cela finit par créer une décote temporaire.

Dans ces deux cas, le cours de l’action finira par rattraper son retard par rapport à sa valeur de marché, le plus souvent à l’occasion d’une publication.

dom security achat venteUn exemple me vient en tête, c’est celui de l’action DOM Security. Achetée le 12 Novembre 2015 au cours de 29€, l’action a d’abord chuté de 23% avant d’amorcer une forte ascension suite à la publication de ses comptes annuels en mars 2016. J’ai ensuite pu revendre avec une confortable plus-value de 31%, il faut parfois savoir être patient…

 

 

2. Au moment d’une publication prometteuse

Vous devez le savoir, chaque société publie ses comptes sur une base trimestrielle ou semestrielle. C’est l’occasion pour les investisseurs de revoir leur position, ce qui crée de forts décalages (à la hausse ou à la baisse) dès l’ouverture des marchés.
Il n’est pas rare que ce mouvement se poursuive tout au long de la journée, voir sur plusieurs jours. Sur une très bonne publication, on peut donc se placer dès l’ouverture du marché et profiter d’un mouvement haussier jusqu’à ce que la « nouvelle information » soit pleinement intégrée par le marché. Cet exercice peut s’avérer difficile car il faut mettre dans la balance la hausse à l’ouverture et le potentiel lié à la nouvelle. C’est pourquoi beaucoup d’investisseurs préfèrent se placer juste avant une publication, ce qui présente un autre genre de risque…

L’exemple le plus frappant que j’ai à vous proposer est celui de Coil. Cette société belge a publié le 1er Novembre 2016 des résultats semestriels records, faisant ressortir une valorisation très faible par rapport à sa rentabilité. Le jour était férié en France, exagérant ainsi le manque de réactivité des marchés. L’ouverture s’est faite à +8% lorsque j’ai pris une position, ce qui ne m’a pas refroidi. A raison puisque l’action a clôturé le soir même à +75% ! Mais ce n’est pas tout, la hausse a continué les jours suivants, et nous en sommes aujourd’hui à environ +130%. C’est sans conteste mon plus beau coup en bourse à ce jour, il ne fallait vraiment pas manquer cette news en or…

 

 

3. Des recrutements en hausse

Une société qui recrute c’est toujours un signe de bonne santé. Une société qui cherche à augmenter ses effectifs de 25% c’est signe d’une grande confiance en l’avenir ! La plupart des sociétés cotées à la bourse de Paris possèdent des sites internet dédiés au recrutement. Cela constitue une source d’information qu’il ne faut pas négliger.
A ce propos, vous trouverez dans certaines fiches société l’évolution du nombre de postes proposés au recrutement.

De cette manière, j’ai investi sur IT Link en Novembre 2015, le nombre d’offre d’emplois était alors de plus de 120 pour un effectif total d’environ 400, ce qui est impressionnant. Les résultats annuels ont été au-delà de mes espérances me permettant de concrétiser un gain de +58%.

 

 

 

4. Les initiés de la société achètent des actions

Lorsque des personnes en lien avec l’administration d’une entreprise (les « initiés ») achètent ou vendent des actions de cette même entreprise, ils doivent faire une déclaration auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Cet organisme diffuse ensuite l’information au public, dans une logique de transparence.
Le site de l’AMF est donc une vraie mine d’information, mais attention aux raccourcis trop rapides : Si un PDG achète des actions de son entreprise, cela ne signifie pas forcément qu’elle va monter dans les semaines qui suivent. Les motivations de ces achats ou ventes d’actions peuvent être très diverses et n’ont pas parfois aucun lien avec la performance future de l’action.
Il y a cependant des cas où les achats d’initiés peuvent être interprétés comme un signal positif, quelques exemples:

  • La société vient de lancer un produit majeur sur le marché.
  • Plusieurs administrateurs investissent au même moment.
  • L’historique a déjà montré que les initiés achetaient « au bon moment ».

Cette stratégie m’a permis de concrétiser quelques plus-values, notamment sur Suez. Je suis rentré sur cette valeur quelques jours avant une rumeur de fusion avec Engie

Les fiches sociétés vous permettent de visualiser les informations de l’AMF en rapport avec le cours de l’action. Je vous propose de jeter un coup d’œil à ces valeurs pour vous inspirer : Naturex, Clasquin, Réalités, Bastide Le Confort Medical.

5. Les valeurs de croissance

Il m’arrive de prendre quelques paris sur l’avenir en investissant dans des valeurs de croissance. Ce sont des sociétés dont le chiffre d’affaires est en forte croissance, et dont la valorisation est souvent très élevée, car basée sur des objectifs à long terme. Si j’estime que malgré cela, la société a de bonnes chances de surprendre le marché, alors je peux prendre position.

Cette stratégie est peut être un peu plus spéculative que les autres, avec un horizon plus lointain. Il faut donc un certain niveau de confiance pour ne pas vendre si la position se retrouve en moins-value. Dans mon portefeuille, c’est le cas avec l’action Cerinnov, actuellement en moins-value. Cependant, avec un croissance du CA au 1er semestre 2016 de 55%, cette jeune société est déjà rentable. Les perspectives de développement sont en outre excellentes.

Je place dans cette même catégorie des valeurs comme Figeac Aéro, Poulaillon, Reworld Media.

 

Voilà j’espère que ces quelques pistes vous auront inspiré, n’hésitez pas à partager les vôtres et à réagir dans les commentaires.





Avertissement règlementaire : Le contenu de cet article ne constitue en aucun cas une incitation à l’achat ou la vente.
Au 16/07/2019, parmi les sociétés citées dans cet article, l'auteur est actionnaire des sociétés suivantes : Réalités, Figeac Aéro,