3 secteurs porteurs dans l’ère post-covid

Une conviction que j’ai acquise au cours du temps et que même en temps de crise, il est possible de trouver des valeurs qui s’en sortent mieux que d’autres. C’est même la raison fondamentale qui fait qu’il est préférable de pratiquer le « stock-picking » (sélection argumentée de valeur) plutôt que d’acheter des indices, qui eux suivent aveuglément le marché.

Le confinement a orienté l’économie mondiale vers la décroissance, et je crois que les effets ne se font pas encore totalement ressentir. C’est pourquoi d’une manière générale je pense qu’une grande prudence s’impose en ce moment. Pour autant j’ai identifié 3 secteurs qui me paraissent tirer leur épingle du jeu dans cette ère nouvelle.

Secteur #1: la transformation digitale des entreprises

Dans ce secteur, le confinement n’a fait qu’accélérer une tendance de fond déjà présente. La digitalisation est une nécessité car elle donne un avantage significatif dans un contexte concurrentiel. De même, les entreprises n’auront pas d’autres choix que de proposer le télétravail à leurs employés (de bureau), sous peine de souffrir d’un déficit d’attractivité. Dans ce contexte, les entreprises opérant dans ce secteur ont encore de beaux jours devant elles.

J’ai récemment entré 3 nouvelles valeurs de ce secteur dans mon portefeuille :

  • Neurones est un groupe de conseil et de services numériques de plus de 5000 personnes. La croissance de cette société a été de 9% en moyenne sur les 10 dernières années, avec une régularité impressionnante. Les actionnaires ont pu profiter d’une hausse de +235% de l’action sur cette période. Aujourd’hui la société possède une trésorerie nette de dette de 218m€ (pour une capitalisation de 600m€). Le ratio PER atteint certes x19.5, mais il a déjà été bien plus élevé par le passé, et étant donnés la trésorerie et les perspectives de croissance, il me parait encore raisonnable. Même avec +23% de plus-value depuis l’entrée au portefeuille, je garde cette pépite bien au chaud.
  • Tessi est un acteur majeur de la transformation numérique des entreprises. Là aussi, la croissance et la rentabilité sont au rendez-vous, avec un PER 2019 de seulement x8.6, justifié par un endettement plus important. La société intéresse fortement la famille Norbert Dentressangle, par l’intermédiaire de la holding Pixel : Une OPA a été proposée début 2019 à 160€ par action, puis fin 2019, la holding participe à une augmentation de capital à hauteur de 140€ par action pour acquérir la société ADM Value. Le cours est aujourd’hui de 91€ seulement, l’occasion de lancer une OPA puis une OPR à bon prix ? Le marché y a cru lors de l’OPA du groupe Open (même secteur) en juillet : l’action a pris presque 20% en quelques jours dans des volumes inhabituels. Un bémol cependant : le manque de liquidité sur la valeur (peu de flottant) justifie une décote par rapport aux fondamentaux.
  • Je ne dévoilerai pas la dernière valeur achetée le 21 Août, puisque cette information est fournie aux abonnés du portefeuille. Teaser : C’est une recovery prometteuse qui rachète ses propres actions dans le secteur ESN.

Secteur #2: les jeux vidéos

J’en parlais déjà dans mon point trimestriel, toutes les sociétés du secteur ont profité des deux mois de confinement, on comprend bien pourquoi…

  • Innelec Multimedia a publié un T1 en croissance de 27,8% et se montre plutôt confiant grâce à la dynamique de marché attendue (arrivée des nouvelles générations de consoles, lancement de jeux majeurs, etc) et du succès de sa stratégie de développement vers l’activité « licensing » (accessoires gaming et produits dérivés). Mais surtout la société est très peu chère : elle vient de revendre sa participation dans Focus Home Interactive pour une valeur de 6.4m€, soit presque la moitié de sa capitalisation. Cette arrivée soudaine de trésorerie devrait lui permettre d’accélérer son développement. En attendant, le PER tourne autour de x10 seulement.
  • Après avoir vendu ma ligne Focus Home Interactive en juillet, je suis revenu sur cette bombe. La raison ? 60% de croissance au T1 ! Une transaction entre actionnaires a eu lieu récemment à un prix de 40€, ce qui démontre à mon avis un potentiel de long terme important.
    Pour l’instant les prévisions de CA 2020 et 2021 sont très (trop?) prudentes, j’espère un relèvement. Dans le communiqué du T1, le directeur des opérations fait du teasing sur « de nouveaux partenariats prometteurs » qui devait être dévoilé au cours de l’été. Toujours pas de communication là-dessus, mais cela pourrait relancer le cours. A voir…
  • Bigben Interactive se positionne dans la conception et la distribution d’accessoires de jeux vidéos. La société est en croissance et rentable, mais surtout, elle a lancé en bourse début 2020 sa filiale Nacon qui affiche maintenant une capitalisation bien supérieure à sa maison mère ! Bigben possède 77% de sa filiale, ce qui représente 391m€, quand sa propre capitalisation n’est que de 262m€. Cherchez l’erreur…

 

Secteur #3: la maison individuelle et ce qui l’entoure

On le lit partout depuis le confinement, le citadin français habitant un petit appartement étriqué, cherche maintenant son cocon de verdure pour préparer la prochaine pandémie… Ajouter à cela la généralisation du télétravail, qui rend acceptable un trajet d’une heure s’il n’est réalisé que 2 ou 3 fois par semaine. C’est peut être ce qui explique l’optimisme affiché par des société comme Hexaôm et AST Groupe. Pour autant je ne suis pas entré sur ces valeurs qui me paraissent trop risquées suivant l’ampleur de la crise économique à venir en France (Hexaôm a perdu 20% de CA en une année lors de la crise de 2008).

Il y a pourtant un marché de niche qui pourrait profiter de ce regain d’intérêt pour la maison individuelle : celui de la piscine :

  • Piscines Desjoyaux a affiché un résultat semestriel record (période de Août 2019 à Février 2020) et cela devrait continuer : Le dirigeant déclare avoir été peu impacté par le covid. Le titre a bien monté depuis mon achat, mais le PER2020 est encore faible (estimé entre 10 et 11).
  • Dans la même veine, Maytronics produit des robots nettoyeurs de piscine. La croissance est forte (23% par an en moyenne depuis 10 ans). Pour autant la société est peu chère (PER 2019 < 10), mais le manque de liquidité justifie une décote.

 

Je vous donne rendez-vous pour le prochain point trimestriel, et vous souhaite une excellente rentrée !

! Information de dernière minute ! : Pendant tout le mois de septembre, profitez d’1 mois d’abonnement gratuit à l’une des formules proposées sur le site ! Il suffit d’utiliser pour cela le coupon de réduction RENTREE2020 dans le formulaire d’inscription. Profitez-en !





Avertissement règlementaire : Le contenu de cet article ne constitue en aucun cas une incitation à l’achat ou la vente.
Au 20/09/2020, parmi les sociétés citées dans cet article, l'auteur est actionnaire des sociétés suivantes : Neurones, Tessi, Innelec Multimedia, Focus Home Interactive, Piscines Desjoyaux, Maytronics,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.